• Tout le SML

Refus du conventionnement sélectif : le SML aux côtés du Premier ministre et de la ministre de la santé pour défendre la liberté d’installation

08 Décembre 2017: Refus du conventionnement sélectif : le SML aux côtés du Premier ministre et de la ministre de la santé pour défendre la liberté d’installation

Paris, le 8 décembre 2017 - Alors que certains parlementaires, certaines organisations professionnelles ou syndicales, ou encore la Cour des comptes, défendant des options dogmatiques, multiplient les tentatives pour imposer un système coercitif aux médecins libéraux, le Premier ministre et la ministre de la Santé maintiennent le cap et défendent la liberté d’installation, au prix parfois de sifflets.
 


Le SML, qui défend la liberté d’installation laquelle constitue l’un des piliers de l’exercice libéral de la médecine, tient à saluer leur détermination et leur courage politique. Il est à leurs côtés dans ce dossier. Le Gouvernement montre qu’il a compris ce qu’était la nature de l’exercice libéral et que vouloir imposer des schémas administrés ne peut qu’aboutir à une double catastrophe, à l’opposé de l’effet escompté : dissuader les jeunes diplômés en médecine de s’installer et priver les patients d’une offre de soins indispensable.
 
Le conventionnement sélectif a été mis en œuvre pour freiner l’installation et la réguler dans les professions où l’effectif est en croissance très dynamique, ce qui est le cas de plusieurs professions paramédicales. Il contribue à freiner l’installation. Or, dans un contexte de crise de l’installation et des vocations libérales, vouloir l’imposer aux médecins serait calamiteux car il reviendrait à écarter les candidats à l’installation. Alors que la population médicale installée est vieillissante, cela reviendrait à planifier les pénuries futures au détriment de l’offre de soins et des patients.
 
C’est pourquoi, dans l’intérêt des patients, il est capital de maintenir la liberté d’installation, qui est aussi le corollaire de leur liberté de choix du praticien auquel ils entendent s’adresser. Pour remédier à la problématique des zones en situation de sous-densité médicale, le SML estime qu’il faut aller au bout d’une politique incitative réellement ambitieuse et accepter d’avoir la patience d’attendre qu’elle porte ses fruits. Dans l’intervalle des prises en charge innovantes initiées sur le terrain et reposant sur la télémédecine ainsi que la coordination des soins, doivent être soutenues pour permettre aux professionnels de santé libéraux de mieux travailler entre eux.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML

  • Vous êtes ici :
  • Accueil
  • Les actualités
Convention médicale 2016
Articles du SML
Communiqué de presse
Newsletter du SML
Le SML dans la presse
Le SML dans les régions
Les sondages du SML
#Les100jours