• Tout le SML

Bilan de la ROSP 2017 : le SML avait raison

13 Avril 2018: Bilan de la ROSP 2017 : le SML avait raison

La CNAM a donné les premières tendances de la Rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) qui devrait être versée aux médecins à la fin du mois d’avril. Sur les treize nouveaux indicateurs calculés, introduits par la convention de 2016, trois ont des résultats « très prometteurs » selon la CNAM : le dépistage du cancer colorectal, le dépistage précoce de la maladie rénale chronique chez le patient diabétique et la prescription d’antibiotiques générateurs de résistance. Certains items sont en progression, tels le dosage d’hormones thyroïdiennes ou la prescription de psychotropes chez la personne âgée. Certains anciens indicateurs continuent de progresser.

Mais plusieurs indicateurs seraient en baisse, notamment sur le volet « efficience ». Certains indicateurs accusent des faiblesses, leur définition étant imprécise (c’est par exemple le cas pour le traitement par antiagrégants plaquettaires pour la ROSP des cardiologues). Ces évolutions diverses devraient faire baisser la ROSP 2017 de plus de 10/nbsp]%. La clause de sauvegarde, pour laquelle le SML s’était battu lors de la négociation de la convention 2016, sera donc déclenchée pour maintenir la rémunération globale versée au titre de la ROSP clinique.

Ces variations aléatoires illustrent toute la problématique des forfaits qui fragilisent la rémunération des médecins. Le SML continue donc de prôner la rémunération à l’acte assorti d’un espace de liberté tarifaire.

Par ailleurs, 44 000 praticiens (11 % de pédiatres et 88 % de généralistes) toucheront la ROSP spécifique au médecin traitant de l’enfant à la fin du mois de juin. Le SML continue de réclamer l’extension de la ROSP pour toutes les spécialités.


  

  • Vous êtes ici :
  • Accueil
  • Les actualités
Convention médicale 2016
Articles du SML
Communiqué de presse
Newsletter du SML
Le SML dans la presse
Le SML dans les régions
Les sondages du SML
#Les100jours