• Tout le SML

Bergerac : Une maison de santé municipale pour assécher le pôle de santé pluridisciplinaire libéral

24 Février 2017: Bergerac : Une maison de santé municipale pour assécher le pôle de santé pluridisciplinaire libéral

Faut-il encore rappeler que le SML s’oppose à l’étatisation de la santé et avec elle, à la création de maisons de santé étatisées dans les territoires ?


Faut-il encore rappeler combien de fois le SML a alerté les pouvoirs publics des conséquences désastreuses que pourrait déclencher une telle mesure ?

Ce qui se passe à Bergerac est symptomatique des politiques publiques conduites depuis 30 ans. Ce qui se passe à Bergerac, au risque de se reproduire, fera de la France un vaste désert médical.

Le dogme de la pensée unique « maison de santé », à terme, videra de toute substance médicale les territoires.

Revenons sur les faits :

La ville de Bergerac a connu la perte de 3 de ses praticiens au début de l’année 2016. Ce choc, tant pour la profession médicale que pour les patients, a contraint la mairie à réorganiser le soin dans sa municipalité.

Pour autant, la ville qui compte près de 30.000 habitants, n’était pas orpheline de toute offre de soins. La vie médicale était organisée depuis 13 ans autour d’un pôle de santé pluridisciplinaire de la ville, conduit par le Docteur Benoît Leblanc, secrétaire du SML en Dordogne. Installé au cœur de la ville, le pôle voit se succéder 15 médecins généralistes et 10 médecins spécialistes, 5 chirurgiens–dentistes, 11 masseurs-kinésithérapeutes, 27 infirmiers(ères).

Dès lors, on pouvait légitimement penser que cette initiative libérale d’organisation de l’offre de soins sur ce territoire grâce à une coordination exemplaire entre professionnels médicaux, s’imposerait comme la solution privilégiée par la municipalité ; c’est-à-dire qu’elle recevrait des subventions particulières pour soutenir l’accroissement temporaire de l’activité.

Il n’en sera rien puisque s’est ouvert, le 15 février dernier, un centre municipal de santé piloté par la mairie de Bergerac avec, en son sein, trois médecins salariés en CDD de 3 ans pour accomplir les tâches médicales dévolues à la ville.

Les 3 médecins généralistes sont roumain, espagnol et français. Si les praticiens étrangers ont déjà exercé avant de s’installer à Bergerac, le médecin généraliste français est lui jeune diplômé de l’Université de Bordeaux.

Bergerac : Un exemple d’étatisation de la santé, mettant en avant l’attractivité prétendue par les pouvoirs publics des jeunes générations pour le salariat médical.

A quoi pouvons–nous nous attendre ? A de nouvelles faillites des maisons de santé imposées, ce qui impliquera un accroissement de la dette publique et une baisse de la qualité des soins pour les patients.

A terme se produira un effondrement de l’activité libérale, siphonnée par ces maisons publiques sous perfusion, et contractuellement engagées auprès des mutuelles.

Le SML est vent debout contre cette étatisation de la santé, conséquence de la loi de Santé, et soutient le Docteur Benoît Leblanc dans son combat engagé contre la municipalité de Bergerac !

Convention médicale 2016
Articles du SML
Communiqué de presse
Newsletter du SML
Le SML dans la presse
Le SML dans les régions
Les sondages du SML
#Les100jours