• Tout le SML

Communiqué de presse du SML

Convention médicale 2016
Articles du SML
Communiqué de presse
Newsletter du SML
Le SML dans la presse
Les caricatures
Brèves médicales
Le SML dans les régions
Les sondages du SML
#Les100jours

Paris, le 24/10/2017
Tiers payant « généralisable » : le SML salue le retour du bon sens

Paris, le 24 octobre 2017 - Dans une interview au Quotidien du Médecin, la ministre de la Santé indique qu’elle va traduire en actes l’engagement du chef de l’Etat de rendre caduc l’inapplicable tiers payant généralisé obligatoire de Marisol Touraine. En annonçant qu’elle s’emploie à rechercher un véhicule législatif pour rendre le tiers payant « généralisable » et en confirmant qu’il n’y aura pas de sanction, la ministre de la Santé change la donne et franchit une étape pour restaurer la confiance avec les médecins libéraux.

En outre, le SML constate qu’il a été entendu puisque la ministre mettra les incitations financières au menu des nécessaires discussions qu’elle entamera sur ce sujet avec la profession.

Le SML salue ainsi le retour du bon sens au ministère de la Santé et se tient prêt à participer aux futures concertations.


Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 23/10/2017
Généralisation du tiers-payant pas faisable au 1er décembre : Le SML avait raison depuis le début !

Paris, le 23 octobre 2017 -  Dans une interview au JDD, ce dimanche 22 octobre, la ministre de la Santé a reconnu que la généralisation du tiers payant à tous les patients au 1er décembre n’était techniquement pas possible. Ce constat serait d’ailleurs celui établi par l’IGAS dans le rapport d’évaluation commandé par la ministre. Le SML salue le pragmatisme de la ministre de la Santé et sa volonté d’ouvrir le dialogue afin de remettre à plat ce dossier.
 
Cette annonce confirme que le SML avait raison depuis le début ; à savoir que la généralisation du tiers payant en médecine de ville n’est pas faisable et que cette mesure imposée par la précédente ministre de la Santé tenait avant tout de l’obstination dogmatique.
 
Le SML réaffirme son opposition au tiers payant généralisé obligatoire tel qu’imposé dans la Loi Touraine d’ailleurs en partie censurée par le Conseil constitutionnel, pour ce qui concerne l’extension du dispositif aux complémentaires santé.
 
Le SML propose l’abandon pur et simple du tiers payant de Mme Touraine qui en plus d’être infaisable conduit à une dérive bureaucratique de l’exercice médical. Cependant, compte tenu des situations de précarité ne relevant pas toujours des dispositifs actuels et face à la réalité des impayés, la souplesse et le pragmatisme doivent prévaloir ; rien ne doit être imposé aux médecins. Le SML est prêt à étudier des systèmes de dispense d’avance de frais, indépendants des organismes payeurs et qui pourraient être mis en place par la profession sur la base du volontariat.
 
Le médecin doit pouvoir rester libre de pratiquer ou non la dispense d’avance de frais, excepté pour les patients en CMU et ACS (pour la partie opposable) dont les droits sont connus et mis à jour par un meilleur contrôle. En outre, il faut souligner les cas où les patients ne souhaitent pas que le médecin télétransmette afin de préserver leur secret médical (sexologie, etc.). Il faut donc que le médecin puisse répondre à cette demande.
 
Aucune difficulté technique ou administrative ne doit rejaillir sur le médecin, et tout acte honoré en dispense d’avance de frais doit engendrer une rémunération destinée à compenser les frais techniques et de gestion. Le fait de proposer ce service supplémentaire aux patients constitue en soi un acte supplémentaire qui doit être reconnu et honoré en tant que tel.
 
Enfin, le médecin doit être libre de faire appel à la solution technique de son choix sans que les solutions de l’Assurance maladie ou des complémentaires santé ne puissent lui être opposées.
 
C’est sur ces bases que le SML est prêt à participer à la concertation annoncée par la ministre de la Santé sur ce dossier.


Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 20/10/2017
Recertification des médecins : réservé sur la démarche, le SML redoute la naissance d’une nouvelle usine à gaz

Paris, le 20 octobre 2017 - La ministre de la Santé a annoncé la prochaine mise en œuvre de la recertification des compétences des professionnels de santé. Le SML exprime ses plus vives réserves sur une telle démarche portée par l’Ordre des médecins sans aucune discussion préalable avec les syndicats médicaux.

Le SML rappelle que le respect de l’obligation de formation liée au DPC fait l’objet d’un contrôle ordinal et que l’Ordre dispose déjà de moyens de contrôle de l'insuffisance professionnelle. Avec la recertification, ce sera un doublon.

Le SML redoute que la mise en place d’un tel dispositif se traduise par la création d’obligations supplémentaires pour les médecins libéraux qui en supportent déjà de nombreuses autres.

Le SML rappelle que les procédures de recertification, telles qu’elles existent déjà pour certaines spécialités, engendrent des coûts importants laissés à la charge des professionnels.

Le SML s’inquiète de la complexité que ce type de mesure va engendrer pour des médecins libéraux qui n’ont pas de temps à consacrer à ces nouvelles paperasses au moment où ils cherchent à dégager du temps médical.

En outre, l’expérience du DPC a montré que, lorsque les Pouvoirs publics créaient des obligations nouvelles, ils oubliaient d’en assumer le financement.

De même, il ne serait pas raisonnable d’envisager la recertification et le chantier des compétences médicales sans révision des dispositifs de formation continue. Avec 21 heures de DPC une fois tous les trois ans, la France est très en dessous de la moyenne de ses voisins européens qui s’établit à 40 heures de formation continue par an. La qualité des compétences passe par une remise à niveau du DPC.

Aussi, le SML demande au gouvernement d’engager une consultation des syndicats médiaux représentatifs sur ce dossier afin de ne pas créer une nouvelle usine à gaz et prévient qu’il exigera le financement de l’intégralité du coût de la recertification par l’Etat. Le SML s’assurera enfin que la recertification ne s’applique pas aux seuls libéraux, laissant les hospitaliers de côté.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 20/10/2017
Le SML inquiet pour l’avenir de la retraite complémentaire des médecins libéraux

Paris, le 20 octobre 2017 - Le SML redoute que la réforme des retraites envisagée par le Gouvernement concernant la création d’un régime de base unique ne soit étendue aux régimes de retraite complémentaire. Si tel était le cas, le SML, rejoignant les préoccupations de la CARMF, s’inquiète du devenir des réserves constituées depuis plus de vingt ans par les médecins libéraux. Ces réserves sont le fruit des efforts des médecins actifs et retraités.
 
Déjà que le décret paru en mai 2017 restreint les possibilités d’investissements des caisses, l’autonomie des régimes complémentaires risque d’être encore plus remise en cause par cette future réforme.
 
Rejoignant le CARMF, le SML exprime son inquiétude face à ce projet de réforme et rappelle que le régime complémentaire représente 44 % de la retraite moyenne d’un médecin libéral.
 
Le SML appelle le Gouvernement à préserver le régime de retraite complémentaire des médecins et cela d’autant que le pouvoir d’achat des retraités sera écorné par la hausse de la CSG de 1,7 % au 1er janvier prochain.


Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 13/10/2017
Plan déserts médicaux : Plusieurs mesures portées par le SML ont été retenues

Paris, le 13 octobre 2017 - Le SML constate que le plan présenté par le gouvernement pour lutter contre les phénomènes de désertification médicale comporte un ensemble de mesures et constitue un « bouquet de solutions », à répondre à la diversité des situations rencontrées.
 
Le SML a été en partie entendu et a la satisfaction de constater que plusieurs des idées et propositions qu’il porte trouvent leur traduction dans ce plan. C’est notamment le cas :

  • De allégements de cotisations dans le cadre du cumul emploi retraite. Cette mesure était nécessaire et constitue un encouragement utile pour les médecins retraités qui continue d’apporter leur aide.
  • De la généralisation des stages en milieu libéral pour les futurs médecins. Il s’agit d’une attente forte pour permettre de déshospitaliser la formation initiale et permettre une découverte de l’exercice libéral. Le SML portera cette mesure qui doit être complétée pour l’ouverture des facultés de médecine à des enseignants issus de la médecine libérale.
  • De la création d’un statut de collaborateur, qui se rapproche des mesures prônées par le SML, notamment pour faciliter l’exercice libéral et le rendre compatible avec l’exigence de pouvoir disposer du temps nécessaire à la vie personnelle et familiale.
  • De la simplification des coopérations entre professionnels de santé, le soutien à l’exercice coordonné et l’accélération de la télémédecine vont permettre aux professionnels libéraux de santé de mieux travailler entre eux, à la condition toutefois que ces dispositifs soient étendus à toutes les formes d’exercice, et pas uniquement aux structures.

 
Pour autant, le SML regrette que les dispositifs d’allègement de la fiscalité pour les médecins dans les zones sous denses qu’il proposait n’aient pas été retenus. C’est d’autant plus dommage et peu cohérent que, dans le même temps, le Gouvernement a mis en œuvre des dispositifs de soutien aux TPE. Les cabinets médicaux sont des TPE et doivent être aidés au même titre que les autres entreprises. De même, les mesures destinées à redonner du temps médical auraient pu être complétées par un forfait structure permettant de faire en sorte que tous les cabinets médicaux soient dotés d’un secrétariat médical.
 
Enfin, le SML souhaite qu’à côté des MSP, le gouvernement accélère le financement des équipes de professionnels de santé et leur coordination. A cet égard, l’échéance d’un accord ACIP en 2019 est trop tardive et ne répond pas aux enjeux.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 12/10/2017
Le SML reçu chez le ministre de l’Environnement

Paris, le 12 octobre 2017 - Le SML a été reçu ce jeudi 12 octobre au cabinet du Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot.

Les logiques de prévention constituent un levier majeur pour éviter la survenue de certaines pathologies ainsi que leurs complications, souvent bien plus dramatiques et plus difficiles à prendre en charge, permettant d’éviter des dépenses de soins coûteuses, notamment hospitalières. Pour le SML, il est urgent de repenser l’organisation de l’offre de soins et la définition des priorités du système de soins de notre société vers la prévention et de placer cette logique de prévention au cœur de la coordination et de la coopération entre professionnels libéraux de santé.

Pour y parvenir, le SML propose que l’impact de l’environnement sur la santé soit un des sujets enseignés dans le cadre de la formation initiale des médecins. De la même façon, un volet environnement doit être intégré au DPC et faire l’objet d’un financement dédié.

Le SML estime que le rapprochement des ministères de la Santé et de l’Écologie notamment dans le cadre de l’élaboration de la nouvelle Stratégie nationale de santé, confirmé par les collaborateurs de M. Hulot, constitue un atout pour faire avancer ces sujets.

Premier syndicat médical impliqué sur les questions environnementales, le SML estime que la santé publique passe aussi par des mesures de vigilance sur la présence de substances polluantes dans l’alimentation. A cet égard le SML, soutient une politique résolue sur des sujets tels que le glyphosate et de ses co-formulants, dont les effets ne doivent pas être négligés. Le SML prône une totale transparence des études toxicologiques de ces produits et en particulier des évaluations de leurs effets sur le cerveau humain. Après une période où les progrès de la médecine ont permis un allongement de la durée de la vie, il serait inconcevable que la présence de substances toxiques dans l’alimentation, conduise à un recul.

Le SML salue la qualité d’écoute et le dialogue constructif qu’il a noué avec les collaborateurs du Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et qui marque le point de départ d’une démarche inédite et nécessaire entre ce ministère et les médecins libéraux.


Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 12/10/2017
"Privés de thèse" : le SML pour une solution rapide du dossier

Paris, le 12 Octobre 2017 - La situation kafkaïenne que vivent plusieurs dizaines de résidents en médecine générale qui n’ont pu passer leur thèse, faute d’avoir été informés des délais pour le faire, doit enfin cesser. Un décret sorti en 2004 stipulait en effet que les étudiants en médecine générale n’ayant pas validé leur année de thèse devaient le faire avant la fin de l’année 2011/2012. Aucune dérogation n’était prévue. Peu en ont été informés. Sans thèse validée, il leur est impossible de s’installer, bien qu’ils aient suivi avec succès leur cursus de formation.

Malgré des relances répétées et une action forte du SML, auprès de l’ancienne ministre de l’Éducation nationale, Najat Valaud-Belkacem, et une promesse de l’ancienne ministre de la Santé en 2016, Marisol Touraine, d’apporter une solution par décret, ce texte n’est jamais sorti avant la fin de la précédente mandature.

Le SML, seul syndicat médical à suivre ce dossier depuis le début, à accompagner sans relâche les praticiens concernés et à porter leurs problématiques auprès des Pouvoirs publics, n’a jamais lâché ce dossier. Des avancées viennent enfin d’être obtenues et le ministère de la Santé a présenté un projet de décret. Naturellement, le SML a participé activement aux concertations sur ce texte et souhaite qu'il puisse être rapidement présenté en Conseil d’État. Ces étapes franchies et une fois le décret publié, l'examen des dossiers de ces « privés de thèse » deviendra possible et permettra d'apporter enfin les solutions attendues, pour des médecins qui ne demandent qu’à soigner des patients qui ont besoin d’eux.

Au moment où le gouvernement se prépare à agir sur la question des « déserts médicaux », le SML estime qu’apporter une réponse rapide aux « privés de thèse » serait le moyen le plus sûr de permettre à un important contingent de médecins de s’installer en libéral. Le SML est prêt à participer activement à la commission créée à cet effet, à proposer des rapporteurs pour les dossiers, à favoriser l’émergence de sujets de thèses, et proposera un véritable compagnonnage à ces médecins jusqu’à leur installation. 

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 05/10/2017
Le SML auditionné par le rapporteur du PLFSS

Paris, le 5 octobre 2017 - Le SML a été auditionné ce jeudi 5 octobre à l’Assemblé Nationale par le Dr. Olivier Véran, député de l’Isère, rapporteur général de la commission des Affaires sociales et rapporteur du PLFSS.
 
À cette occasion, le SML a salué la progression de l’ONDAM général portée à + 2,3%pour 2018 avec un sous-Ondam de ville supérieur à celui des établissements, mais pour autant le niveau inédit d’économies attendues, 4,2 milliards d’euros, pour boucler le PLFSS, est une source d’inquiétude pour l’ensemble des médecins libéraux. Le SML a redit son opposition aux coupes sur les tarifs de certaines spécialités dont les biologistes et les radiologues.
 
La mise en œuvre d’une politique ambitieuse en matière de santé implique des investissements forts dès le début de la mandature. Ainsi, si le SML partage globalement les ambitions affichées et contenues dans de la future Stratégie nationale de santé, en particulier sur la prévention et la télémédecine, il n’en voit pas la traduction en termes budgétaire dans le PLFSS 2018.
 
D’autre part, le PLFSS 2018, comporte un certain nombre de dispositions qui doivent être améliorées et complétées afin d’être réellement efficaces.
 
L’article 35 fixe le cadre des expérimentations dans l’innovation en complétant ou amendant le précédent article de la loi du 21 décembre 2015 qui prévoyait déjà des expérimentations, or le dispositif continue d’exclure les formes classiques d’exercice libéral de la médecine qui sont pourtant très largement majoritaires dans le pays.
 
D’autre part, les structures relatives à l’évaluation des expérimentations (conseil stratégique et comité technique), font l’impasse sur la démocratie sanitaire et sur les syndicats médicaux.
 
Concernant l’article 36 sur la télémédecine, le SML se réjouit du choix enfin fait de la rendre conventionnelle et pour l’instant ouverte à toutes les formes d’exercice. Pour autant, la date du 1er juillet 2019 proposée pour finaliser l’accord conventionnel est un horizon trop éloigné. Ce n’est pas à la hauteur de l’enjeu compte du retard pris. Un accord au premier semestre 2018 serait préférable.
 
Par ailleurs, la mesure censée permettre une accélération du passage des nouveaux actes en CHAP, recèle en fait une atteinte à l’équité et au partenariat conventionnel. En renforçant le pouvoir de l’UNCAM, celle-ci pourrait alors s’exonérer du travail fait au sein des CHAP pour fixer les niveaux de rémunération d’une certaine forme d’organisation, celle du modèle unique. Le SML, s’il est favorable à l’accélération des procédures, s’oppose en revanche à cette nouvelle mainmise de l’UNCAM sur les actes.
 
Enfin, concernant l’exercice en établissement, l’article 39, repose une problématique fondamentale : celle des contrats signés entre les établissements et les ARS qui engageait encore plus les médecins libéraux sans que ceux-ci n’aient voix au chapitre. Pour le SML, il est impératif d’introduire les CME d’établissements dans la gouvernance chargée de ces contrats.
 
Le SML a de nouveau rappelé la nécessité d’encadrer la publicité des complémentaires santé et leurs structures de soins, pour stopper toute forme de concurrence déloyale envers les médecins libéraux.
 
Le SML sera attentif à l’évolution du contenu du PLFSS. Il sera à l’initiative de plusieurs amendements pour faire évoluer le texte dans le bon sens et préserver l’intérêt des médecins libéraux.

 

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 28/09/2017
PLFSS 2018 : Le SML appelle à un engagement financier plus fort

Paris, le 28 septembre 2017 - Le SML a participé, ce mercredi 28 septembre, à la Commission des comptes de la Sécurité sociale au cours de laquelle les axes du PLFSS pour 2018 ont été présentés.

Tout d’abord, le SML constate que le niveau de l’ONDAM général pour 2018 a été relevé à +2,3% et que le sous-ONDAM de ville est supérieur à celui établi pour les établissements. Cette annonce est la bienvenue après les budgets 2016 et 2017 qui n’ont pas donné les moyens suffisants à la concrétisation du virage ambulatoire alors que les besoins sont de plus en plus importants, les prises en charges plus lourdes et complexes en raison du vieillissement de la population. Pour autant, le syndicat reste sur sa faim.

Pour le SML, le premier budget du quinquennat doit marquer une rupture : il devrait être audacieux et marquer une volonté forte de soutenir les soins libéraux de proximité. Il faut en finir avec les Ondam de ville sans provision de Mme Touraine et prévoir les moyens nécessaires à la réorganisation des soins de ville.

Le SML partage globalement les ambitions de la Stratégie nationale de santé et appelle à un engagement financier plus fort que celui affiché, en particulier sur la prévention et l’e-santé, dont la télémédecine n’est qu’un des aspects, permettant d’aller plus vite et plus loin dès à présent.

Le SML redoute que les dispositifs permettant aux caisses d’accroître leur pouvoir de contrôle par la multiplication des mises sous objectifs et sous entente préalable ne découragent les médecins libéraux pourtant engagés dans la maîtrise médicale des dépenses. En revanche, le SML estime que le niveau des économies demandées à la biologie et la radiologie est excessif et qu'il ne finisse de fragiliser ces spécialités essentielles à l’offre de soins de proximité.

D’autre part, s’agissant de la compensation de la hausse de la CSG, le SML note que contrairement aux engagements de la ministre, la mesure sera limitée aux seuls médecins de secteur 1, oubliant au passage les secteur 2 ayant souscrit des contrats OPTAM. Le SML estime qu’il serait totalement inique d’en exclure les médecins conventionnés en secteur 2 et plus encore ceux en OPTAM. Ce revirement crée un doute sur la parole publique. Le SML demande des éclaricissements.

Le SML sera particulièrement vigilant sur l’évolution du PLFSS et entend peser sur les discussions à venir auprès des parlementaires.


Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML
 


Paris, le 25/09/2017
Grand Plan d’Investissement : le SML appelle le Gouvernement à investir sur la modernisation des soins de ville

Paris, le 25 septembre 2017 - Le SML a pris connaissance avec intérêt du Grand Plan d’Investissement présenté ce matin par le Premier ministre. Sur les 57 milliards d’euros d’investissements prévus sur la durée du quinquennat, 4,9 milliards d’euros seront consacrés à la santé notamment pour accélérer la numérisation du système de santé, développer les maisons de santé dans les territoires en manque de médecins, pour moderniser les équipements hospitaliers et pour soutenir la recherche médicale.
 

Si le SML estime que la volonté affichée du Gouvernement d’investir dans la santé mérite d’être saluée, en revanche, le syndicat est plus interrogatif, pour ne pas dire sceptique, sur la répartition des fonds envisagée entre la médecine de ville et les hôpitaux publics.
 
En effet, le Gouvernement semble emboîter les pas de ses prédécesseurs en appliquant les vieilles recettes consistant à déverser toujours plus de moyens aux hôpitaux comme le montrent les exemples d’actions mentionnés dans le dossier de présentation du plan. D’un côté, il est question d’apporter 420 millions d‘euros aux hôpitaux à la suite du programme hôpital numérique, tandis que le déploiement de la télémédecine ne serait doté que de 50 millions d’euros, dont une large part destinée à permettre la lecture à distance des cartes Vitale. Ceci, est bien évidemment très insuffisant.
 
D’autre part, le SML estime qu’il serait caricatural de résumer la modernisation du système de santé au seul développement des MSP, alors que les médecins libéraux sont en attente de moyens leur permettant de mettre en œuvre les innovations organisationnelles en lien entre généralistes et spécialistes et avec les autres professionnels de santé libéraux sur les territoires afin d’organiser des prises en charges coordonnées permettant de limiter les recours à l’hospitalisation.
 
Aussi, le SML appelle le Gouvernement à rectifier le tir sans tarder et à faire en sorte que sa bonne intention d’investir dans la santé puisse avoir un réel effet, en investissant majoritairement et de façon audacieuse sur les soins de ville libéraux.


Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél. 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.
Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org
Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML
 


Page Suivante ›