• Tout le SML

Communiqué de presse du SML

Convention médicale 2016
Articles du SML
Communiqué de presse
Newsletter du SML
Le SML dans la presse
Le SML dans les régions
Les sondages du SML
#Les100jours

Paris, le 21/05/2020
Refondation de notre système de santé ou refondation de l’hôpital : le SML s’interroge sur l’objet du « Ségur de la Santé »

Malakoff, le 20 mai 2020 | Le ministre de la Santé s’est exprimé à l'issue du Conseil des ministres, sur le "Ségur de la Santé" et le plan de refondation du système de santé.

Les grands axes de la refondation annoncés sont visiblement très hospitalo-centrés, et le SML souhaite que le ministre apporte des éclaircissements.

Le SML partage le constat que le plan « Ma santé 2022 » était « une erreur ». En effet, il était sous-financé et construit sur un modèle bureaucratique, tant pour le volet hospitalier que pour le volet libéral.

Le SML considère qu’une réforme profonde du système de santé est nécessaire, mais elle ne pourra produire du sens que si elle est assortie d’une refonte du financement de celui. Le mode de financement actuel assis sur les cotisations salariales a montré ses limites. Le système de financement actuel et l’ONDAM ont montré leurs limites. Il est temps de penser autrement en donnant des perspectives à l’ensemble des soignants hospitaliers comme libéraux.

Le SML est prêt à participer à l’élaboration de la future réforme dont les contours, objectifs et moyens doivent être précisés.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 18/05/2020
Perte d’activité : le SML satisfait du mécanisme d’aide responsable mis en œuvre par la CARMF

Malakoff, le 18 mai 2020 | Le SML a souhaité que la CARMF puisse venir en aide aux médecins libéraux pénalisés par des pertes d’activités liées à la crise sanitaire du Covid-19. Compte tenu de la démographie vieillissante des médecins libéraux, des difficultés récurrentes à équilibrer le régime de retraire autonomie de la profession, et de l’incertitude qui pèse sur l’avenir de la réforme des retraites, le dispositif d’aide qui devait être conçu ne devait pas hypothéquer les réserves et donc l’avenir pour les retraités et les futurs retraités.

Aussi, le SML est satisfait que la CARMF, avec le soutien des administrateurs SML, ait construit une aide supplémentaire nette d’impôt et de charges d’environ avoisinant 2 000 € pour tous les médecins libéraux. Concrètement, cette somme sera déduite du solde de cotisation 2020, sans réduction des droits à retraite. Son financement sera pris sur les fonds d’action sociaux de la CARMF sans attenter aux réserves.

Il s’agit d’une aide qui permet de mobiliser la solidarité immédiate à l’intérieur de la profession sans remettre en cause la solidarité future à travers les réserves. Le SML appelle le Gouvernement a valider ce dispositif de toute urgence.

Avec plus d’un milliard d’euros d’aides directes ou indirectes mobilisées, soit quelque 8 000 € par médecin, le SML estime que la CARMF et ses administrateurs sont au rendez-vous pour accompagner la profession de manière responsable face à cette crise dont nous ne mesurons que les premiers effets.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18

A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML

 


Paris, le 14/05/2020
Le SML soutient la CARMF pour la mise en œuvre d’une aide aux médecins sans toucher aux réserves

Malakoff, le 14 mai 2020 │ Le SML travaille en lien avec la CARMF sur la question de la mise en œuvre d’un dispositif d’aide exceptionnelle aux médecins libéraux. Le SML estime, comme les dirigeants de la CARMF, qu’il serait imprudent, alors que le sort de la réforme des retraites est encore incertain, et que la situation économique nuit au rendement des produits de placement, de puiser dans les réserves de la caisse.

Le SML soutient pleinement la démarche engagée par la CARMF auprès du Gouvernement dans le but de créer une aide exceptionnelle en direction de tous les médecins cotisants sur le modèle de celle mise en œuvre par le CPSTI. Celle-ci consiste en une aide nette d’impôts et de charges sociales, financée sur les liquidités de cet organisme pour les commerçants et artisans, sans aucune démarche de leur part.

La première étape vers la création d’une aide similaire pour les médecins vient d’être été franchie avec succès. Le SML s’en félicite et continue de soutenir la CARMF jusqu’à la concrétisation de cette aide qui a désormais toutes les chances de pouvoir aboutir rapidement au bénéfice de la profession.

 

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 07/05/2020
Le SML dénonce les mesures scélérates contenues dans le projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire

Malakoff, le 7 mai 2020 │ Dans le cadre de l’examen du Projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire, la Commission des lois a adopté hier un amendement présenté par quatre députés LaREM (MM. Houlié, Person, Anglade et Rudigoz) dont l’objectif est d’interdire la rémunération des médecins libéraux pour leur participation à la collecte des données dans le cadre de la mise en œuvre du dispositif de « contact tracing ».

Le SML s’insurge contre cet amendement scélérat et exige sa suppression lors du débat en séance plénière.

Pour que les médecins libéraux puissent être la pierre angulaire du déconfinement et du suivi des patients Covid + , le SML demande au Gouvernement que la future loi :

  • Précise que l’inscription des patients Covid + dans le fichier de contact-tracing ne peut se faire qu’avec le consentement du patient, sauf si cette maladie est à déclaration obligatoire
  • Confirme le maintien de la rémunération du temps médical supplémentaire consacré aux formalités chronophages de la collecte des données ;
  • Impose une stricte anonymisation des données d’identification susceptibles d’être communiquées à des tiers lors de la remontée des cas contacts, y compris aux personnes ayant été en contact avec une personne positive de leur connaissance, afin de respecter le secret médical.

Sans engagement clair du Gouvernement sur ces différents sujets dans la loi, le SML prévient, que malgré leur volonté de participer à la santé publique et d’être au rendez-vous du déconfinement, les médecins libéraux ne prendront pas le risque de briser les liens de confiance forts et indispensables qu’ils ont avec leurs patients.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 30/04/2020
Le SML exige l’inscription du Covid-19 dans la liste des maladies à déclaration obligatoire

Malakoff, le 30 avril 2020 │ Dans le cadre de la mise en œuvre du déconfinement, le Premier ministre a indiqué qu’il comptait sur la mobilisation des médecins généralistes pour effectuer le « travail d’identification et de test de tous ceux, symptomatiques ou non, qui auront été en contact avec des personnes testées positives » au Covid-19. Ils sont ainsi appelés, avec les infirmières libérales, à collaborer avec des « brigades » composées de personnes, qui ne sont pas des professionnels de santé, à remonter les cas.

Pour le SML la mise en œuvre de ce système pose plusieurs problèmes et questions auxquels le Gouvernement doit apporter des réponses urgentes liées au sujet crucial du secret médical.

En l’état actuel, les médecins ne sont pas en mesure de renseigner les autorités sur la positivité d’un patient sans contrevenir au secret médical. Actuellement, afin de prévenir les épidémies, seule la transmission de données relative aux maladies à déclaration obligatoire, qui sont au nombre de 33, est possible, pour un nombre défini de professionnels, les médecins et les biologistes (libéraux et hospitaliers) et à des acteurs définis ; les ARS et leurs collaborateurs et les épidémiologistes de Santé publique France.

L’organisation proposée par le Gouvernement est floue.

Aussi pour sécuriser le dispositif, dans l’intérêt des patients comme des médecins qui ne sauraient déroger à la déontologie de leur profession, le SML exige :

  • Que le Covid-19 soit intégré dans la liste officielle des maladies à déclaration obligatoire
  • Que la transparence soit faite sur les acteurs qui assurent la collecte de l’information, la durée de stockage de ces informations (que le patient a besoin de connaître)
  • Que toutes les personnes qui ne sont ni médecins ni professionnels de santé, signent à minima une clause de confidentialité au moment de leur recrutement.

Si les médecins libéraux sont prêts à participer activement à la phase de tests dans le but de parvenir à un confinement sélectif pour écarter le risque d’une seconde vague, en revanche, ils ne sacrifieront pas leurs principes éthiques et déontologiques. Leur rôle consiste aussi à protéger les patients. Le SML attend donc que le Gouvernement répondre aux attentes légitimes de la profession.

 

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


 


Paris, le 29/04/2020
Compensation au titre des pertes d’activité : le SML considère que le compte n’y est pas

Malakoff le 29 avril 2020 │L’Assurance Maladie s’apprête à ouvrir son téléservice afin de permettre aux médecins de déposer leur demande de compensation au titre des pertes d’activités qu’ils subissent depuis la mi-mars. Le dispositif mis en place permettra le versement d’un premier acompte pour la période du 16 mars au 30 avril. Le SML appelle tous les médecins libéraux à déposer leur dossier de demande d’aide dès l’ouverture de ce téléservice.

Toutefois, cette aide ne portera que sur les charges des médecins. Certes cela a le mérite d’exister, mais le SML estime que le compte n’y est pas, et qu’au final, cette démarche traduit une forme de mépris des pouvoirs publics envers les médecins libéraux.

En effet, l’activité des médecins libéraux a été empêchée depuis le 16 mars : tout d’abord, le déclenchement du plan blanc a conduit à la déprogrammation de plus de 100 000 interventions de chirurgie dans les cliniques, privant les médecins des blocs opératoires de toute activité, ensuite la pénurie de masques, et plus généralement d’EPI, le transfert aux pharmacies du renouvellement des prescriptions et l’inadéquation des messages limitant les déplacements aux seuls soins urgents, ont ralenti l’activité des cabinets de ville, et mis à l’arrêt certaines spécialités. Cela se complique aujourd’hui avec le rationnement des médicaments nécessaires aux anesthésies générales

Face à cette activité empêchée, qui a conduit les patients à renoncer aux soins, les médecins libéraux demandent des comptes et attendent plus qu’un soutien du bout des lèvres.

L’Etat a su trouver les moyens d’apporter aux établissements publics une fraction de leurs recettes habituelles pour les aider à faire face au ralentissement de leurs activités et ainsi assumer leurs charges et les rémunérations.

Dans ce contexte, le SML ne saurait accepter une telle iniquité.

Le syndicat estime qu’en plus de l’accompagnement sur les charges, des mesures de compensation des revenus doivent être trouvées. Il serait totalement anormal que les médecins libéraux, quel que soit leur secteur d’exercice (1, 2, optam ou optamco) et quelle que soit leur spécialité, soient les seuls travailleurs indépendants à être écartés des dispositifs de remplacement de leur revenu alors même que leur activité, pourtant essentielle, a été empêchée par l’action de l’Etat.

Le dispositif d’aide aux charges des médecins est insuffisant et le SML réclame, pour tous les médecins libéraux, une mesure de compensation financière de l’activité, qui, au même titre que les établissements, pourrait prendre la forme du versement d’un douzième des honoraires habituellement perçus par mois d’activité empêchée.

 

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 28/04/2020
Relance de l'activité médicale en ville : les 6 propositions du SML

Malakoff, le 28 avril 2020 │Sans attendre, les médecins libéraux, toutes spécialités confondues, doivent reprendre leur activité de manière à permettre à tous les patients de se soigner à nouveau. L’activité libérale a été empêchée par l’imprévoyance de l’État, incapable de délivrer des équipements de protection individuelle en quantité et qualité suffisantes. Le Syndicat des médecins libéraux, premier syndicat polycatégoriel, estime que l’importance des enjeux de santé publique auxquels il convient de faire désormais face avec le déconfinement impose la mobilisation des médecins libéraux. C’est pourquoi le SML a élaboré un plan de relance de la médecine de ville.

Mesure 1 : Équiper tous les médecins libéraux en EPI

Pour être en mesure de relancer leur activité, tous les médecins libéraux doivent être équipés dès maintenant en :

  • masques FFP2,
  • masques chirurgicaux,
  • gel hydroalcoolique,
  • surblouses,
  • gants,
  • charlottes,
  • lunettes de protection et visières,

en quantité suffisante pour eux-mêmes et leurs collaborateurs. Selon le Gouvernement, les masques, notamment FFP2, sont disponibles en quantité suffisante. Ils ne doivent plus être uniquement réservés aux hôpitaux publics, mais partagés avec les médecins de ville.

Le SML estime que les ARS et les collectivités locales (mairies, départements et régions) qui disposent de stocks de matériels doivent contribuer à l’approvisionnement des médecins libéraux. Les URPS qui le peuvent doivent également pourvoir contribuer à l’effort d’approvisionnement des médecins libéraux.

La mise à disposition d’EPI constitue un préalable incontournable pour la relance des activités médicales en ville. De la même manière, les médecins libéraux et leurs collaborateurs devront pouvoir accéder aux tests et au dépistage de manière prioritaire. Pour cela, un dispositif d’accueil coupe-file devra être mis en place.

Mesure 2 : Adapter la convention médicale

Exercer avec la présence du virus implique des contraintes conséquentes qui ont profondément et durablement modifié l’exercice. D’une part, le coût de la pratique sera majoré par l’achat des EPI et, d’autre part, la réalisation des actes sera ralentie afin d’appliquer les différentes consignes sanitaires.

C’est pourquoi le SML propose de revoir la convention médicale afin de :

  • Prévoir une revalorisation du coût de la pratique ;
  • Développer les téléconsultations et les consultations par téléphone pour les risques de contamination ;
  • D’inscrire les médecins libéraux dans le dépistage ;
  • De permettre des remontées chiffrées du nombre de patients Covid pris en charge dans les cabinets de ville.

Mesure 3 : Relancer l’activité médicale organisée en ville

La reprise des activités en ville doit être organisée de manière à permettre un accès aux soins le plus large possible.

Pour les patients fragiles, en ALD ou atteints de maladies chroniques, plusieurs actions doivent être engagées :

  • Le renouvellement automatique des ordonnances par les pharmaciens, mis en place provisoirement dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, doit prendre fin au plus vite dans le but de pousser les patients à revenir vers leur médecin traitant.
  • L’Assurance maladie et le médecin traitant doivent pouvoir adresser des messages à ces patients afin de les inviter à prendre rendez-vous avec leur médecin traitant.
  • Pour chaque patient est proposée une consultation longue post-confinement au cabinet du médecin cotée en consultation complexe ou, si le patient ne peut se déplacer, une visite longue post-confinement. Cette consultation ou visite permet d’établir un bilan de la situation du patient et de mettre en œuvre un plan de soins.
  • En relais de la consultation (ou visite) en tant que de besoin : une téléconsultation pour suivi et renouvellement/ajustement du traitement est proposée ainsi que des réorientations vers les spécialistes.

Pour le cas des patients atteints de Covid :

  • Assurer les retours à domicile après l’hospitalisation est une priorité : les médecins de ville, en relais avec les infirmiers, kinés et orthophonistes libéraux ainsi que les pharmaciens, doivent assurer les prises en charge en sortie d’hospitalisation. Dans le cas où un dispositif de retour à domicile de type « Prado Covid » serait mis en œuvre, le médecin traitant doit rester le pilote du parcours de soins du patient. Cela impose que les hôpitaux puissent avertir les médecins traitants des sorties d’hospitalisation et qu’ils partagent les informations médicales.
  • Pour les patients détectés Covid positifs et ayant des symptômes, leur prise en charge doit continuer à s’effectuer dans le cadre des protocoles. Les téléconsultations et consultations par téléphone devront pouvoir être poursuivies au-delà du déconfinement.
  • Les patients Covid et leurs contacts placés en quatorzaine dans des hôtels doivent être suivis par des médecins libéraux et non par l’hôpital, qui doit se concentrer sur d’autres missions.
  • Les majorations décidées la CNAM pour inscrire un patient positif dans « Contact Covid » et contact tracing vont dans le bon sens pour replacer le médecin traitant au cœur du parcours de soins.

Pour tous les autres patients : les soins doivent reprendre dans des conditions sécurisées, sur rendez-vous, avec une organisation des flux de patients.

Mesure 4 : Relancer le parcours de soins

Le parcours de soins doit être replacé au cœur de la prise en charge des patients, et le rôle du médecin traitant, que celui-ci soit généraliste ou spécialiste, doit être réaffirmé pour organiser les prises en charge. Plus que jamais, dans le contexte actuel, le médecin traitant doit être le pilote du parcours quelle que soit la situation du patient et notamment en sortie d’hospitalisation.

Les médecins généralistes libéraux, après avoir procédé à l’évaluation des patients, sont appelés à réactiver leurs réseaux d’adressage en ville afin de favoriser l’orientation vers des spécialistes libéraux et de mobiliser les autres professionnels de santé libéraux, en particulier paramédicaux. La coordination libérale des soins est indispensable.

Les outils numériques de la télémédecine, télé-expertise, les messageries sécurisées sont indispensables à cette étape.

Le dépistage du Covid et la prévention devront s’inscrire dans cette dynamique.

Lorsque les tests de dépistage rapides seront fiables et disponibles, les médecins libéraux devront pouvoir être en mesure de les proposer à leurs patients au cours d’une consultation ou d’une visite.

Mesure 5 : Relancer l’activité chirurgicale

Dans le cadre du plan blanc, plus de 100 000 interventions chirurgicales ont été déprogrammées dans les cliniques privées sur l’ensemble du territoire national afin de libérer des lits de soins critiques et de réanimation.

La reprise de l’activité chirurgicale dans les cliniques est indispensable, ne serait-ce que pour soulager les hôpitaux. Celle-ci doit s’organiser selon des critères de sécurité médicale en lien avec les CME et les praticiens. Et à ce titre, le rôle des ARS ne doit pas être d’empêcher, mais de faciliter. Le SML propose :

  • que toutes les cliniques redémarrent sans tarder les actes de chirurgie ambulatoire effectués sous anesthésie locale ou locorégionale. Dans le cadre de la pénurie actuelle de produits d’anesthésie et de réanimation, la reprise de ce type d’actes est non seulement possible, mais aussi nécessaire, pour répondre aux besoins de nombreux patients ;
  • que tous les patients qui ont été déprogrammés soient recontactés par les équipes de soins des cliniques privées pour évaluation et reprogrammation des consultations préparatoires à l’intervention.

Par ailleurs, le SML réclame que les établissements puissent avoir accès aux médicaments, notamment d’anesthésie et de réanimation, afin de pouvoir assurer la reprise de leur activité. Leur mise à disposition devra se faire par les circuits habituels d’approvisionnement des établissements.

Mesure 6 : Consolider financièrement les cabinets empêchés d’exercer

L’activité des médecins libéraux en cabinet comme en établissement, toutes spécialités confondues, a été empêchée. En cause, le manque d’EPI, les mauvais messages adressés par le Gouvernement sur la mise en œuvre du confinement, et aussi par la crainte des patients d’être contaminés. Un recul de l’activité de l’ordre de 40 % pour les médecins généralistes, et qui peut aller de 70 à 100 % pour les autres spécialités, a été constaté.

Il ne doit pas y avoir d’iniquité entre les soins de ville et l’hôpital. Le dispositif de soutien de l’Assurance maladie, qui doit permettre aux médecins libéraux de faire face à leurs charges, reste insuffisant. La perte d’activité doit être financée par les pouvoirs publics et les assureurs dans le cadre des garanties pour perte d’activité. Ces mécanismes d’aide doivent concerner l’ensemble des médecins libéraux, quel que soit leur secteur d’exercice, 1, 2 ou Optam.

Le SML estime urgent que les médecins libéraux reprennent toute leur place dans le système de soins. Une réorganisation du système de santé sera nécessaire, et il conviendra de l’aborder en temps utile. Pour l’instant, l’unique préoccupation des médecins libéraux et du SML est de pouvoir accueillir les patients pour tous leurs soins, dans tous les territoires, dans le respect des consignes de sécurité sanitaire qu’impose la circulation du Covid-19.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 20/04/2020
Déconfinement : le SML propose une initiative au ministre de la Santé pour la reprise rapide de l’activité de tous les médecins libéraux

Malakoff, le 20 avril 2020 │ Lors de sa longue conférence de presse, dimanche, le Premier ministre s’est livré à un bilan de l’action du gouvernement depuis le début de la crise sanitaire puis a évoqué la mise en œuvre du déconfinement.

En premier lieu, le SML est rassuré des mesures de bon sens qui ont été prises concernant les Ehpad et le déconfinement des personnes âgées. Les mises en garde du syndicat ont été entendues.

Le SML regrette que le Premier ministre et le ministre de la Santé n’aient pas évoqué le rôle de la médecine libérale dans la période qui s’ouvre.

Le peu de considération du gouvernement à l’égard des médecins libéraux, se traduit d’ailleurs dans les faits, puisqu’il est toujours aussi difficile aux médecins libéraux de se procurer du matériel de protection en quantité suffisante. Le SML constate que pour les médecins libéraux, dans de nombreux départements, se procurer des masques reste une véritable galère. Et, cela a été confirmé dimanche, les médecins libéraux, n’ont toujours pas accès aux masques FFP2.

Face à la réalité des renoncements aux soins et l’aggravation des patients atteints de maladies chroniques, et face au fait qu’il va falloir vivre dans la durée avec le Covid-19, qui ne disparaitra pas avant plusieurs mois, il est aujourd’hui indispensable que les médecins libéraux puissent reprendre leur activité dans les cabinets en ville et dans les établissements privés. Certes les téléconsultations rendent service, mais elles ne peuvent remplacer l’examen clinique, la réalisation d’actes techniques et d’interventions chirurgicales qui ne sauraient continuer à être repoussées. Le ministre de la Santé a d’ailleurs évoqué une possible reprise de la programmation des activités chirurgicales. Il faut aller plus loin.

Le SML refuse d’attendre que le flux de patients Covid pris en charge par l’hôpital décroisse davantage, pour relancer l’activité libérale.

La stratégie d’allocation du matériel de protection doit être revue en dotant la médecine de ville de toute urgence des équipements nécessaires, et en particulier de masques FFP2. Le SML réclame que les médecins libéraux, toutes spécialités confondues, puissent disposer au plus vite des moyens de redémarrer leur activité dans des conditions de sécurité optimales. C’est un enjeu de santé publique majeur.

La remise en marche de la médecine libérale dans des conditions optimales de sécurité pour les patients et les médecins est un versant indispensable de la stratégie de déconfinement. Le SML invite le ministre de la Santé et les syndicats médicaux représentatifs à une e-réunion sur ce sujet afin de prendre ensemble des initiatives communes. Les modalités d’exercice sécurisé de la médecine libérale doivent être débattues et financées.

 

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 17/04/2020
Déconfinement : sceptique sur les mesures d’âge, le SML souhaite des critères clairs pour toute la population

Malakoff, le 17 avril 2020 │ Alors que le confinement vient d’être reconduit jusqu’au 11 mai, les spéculations vont bon train concernant les modalités du déconfinement.

Le SML constate, à travers les remontées que lui font quotidiennement ses adhérents, que les Français s’interrogent et que la perspective d’un déconfinement progressif suscite de vives inquiétudes parmi les plus âgés d’entre eux.

En effet, les critères d’âge que le Gouvernement pourrait retenir questionnent. Sur un plan médical, il est tout à fait justifié de vouloir continuer à protéger les personnes les plus fragiles. Pour autant, il est très discutable d’associer la vulnérabilité au seul critère d’âge. En effet, celle-ci s’acquiert indépendamment de l’âge en raison d’une fragilisation de la santé due à des pathologies ou à la présence de facteurs de comorbidité.

Pour cette raison, le SML estime qu’il ne serait pas logique d’imposer la poursuite du confinement en fonction du seul critère de l’âge, en contraignant les personnes de plus de 70 ans à demeurer isolées. Cela aurait de nombreuses conséquences délétères.

C’est pourquoi, il ne faut pas faire l’amalgame entre l’âge et les situations de fragilité liées à une ou plusieurs pathologies chroniques ou un handicap.

Le SML estime que le déconfinement ne doit être engagé que si la France est en capacité de contrôler la propagation de l’épidémie, ce qui suppose que notre pays soit suffisamment armé en termes de tests, de traçabilité des cas contacts, de matériel de protection spécifique pour les soignants et de masques pour le grand public, en attendant les traitements et le vaccin. Toute la population doit être préparée à cette nouvelle étape qui doit reposer sur une stratégie ordonnée et claire afin d’éviter les cafouillages du début de l’épidémie.

 

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Paris, le 13/04/2020
Le SML appelle au redémarrage de l’activité médicale en ville

Malakoff le 13 avril 2020 | Ce lundi 13 avril, le SML a suivi l’intervention du Président de la République avec beaucoup d’attention.

Le SML estime qu’il est nécessaire de poursuivre le confinement jusqu’au 11 mai et de maintenir les mesures barrières afin de continuer à limiter la propagation du virus.

Le syndicat a bien noté le message du chef de l’Etat en direction des patients atteints de maladies chroniques et pathologies aigues afin de les inciter à continuer à se soigner. Ce message est stratégique pour les prochaines semaines et la préparation du déconfinement afin qu’une crise sanitaire, celle du Covid-19 n’en cache pas une autre, celle des patients chroniques en décompensation.

C’est pourquoi, le SML propose que les médecins libéraux, toutes les professions libérales de santé et toutes les cliniques qui le peuvent, redémarrent sans attendre le 11 mai leur activité en appliquant toutes les règles et gestes barrières pour assurer la plus haute sécurité sanitaire. Il s’agit de remettre en marche une offre de soins pour les patients qui ont besoin d’un suivi régulier.

Les cabinets libéraux et les cliniques sont essentiels au bon fonctionnement de la santé publique. Ceux-ci fonctionnent actuellement au ralenti voire à l’arrêt complet sur les 2/3 du territoire.

A mesure que le matériel de protection arrive, les réouvertures doivent se faire. Pour cette raison, il est impératif que les médecins libéraux puissent avoir accès au matériel de protection ainsi qu’aux tests.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT - Tél; 06 72 82 42 18
A propos du SML

Fondé en 1981, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) est un syndicat polycatégoriel représentatif de tous les médecins quel que soit leur secteur d’activité. Il assure la représentation et la défense de tous les types d’exercices libéraux, de toutes les spécialités et de toutes les formes d’expertises. Le SML axe son action sur la défense des piliers de l’exercice libéral du médecin que sont l’indépendance, la liberté d’installation, la liberté de prescription et le paiement direct à l’acte dans le cadre d’une valorisation juste des honoraires médicaux. Il promeut une approche pragmatique, adaptée aux réalités du terrain pour répondre aux évolutions des besoins de soins. Il est pionnier dans la promotion de la prévention, de la télémédecine et de la E-santé. Force de propositions, il participe activement au dialogue avec les Pouvoirs publics et l’Assurance-maladie. Le SML est représenté dans toutes les régions et possède des élus dans chacun des trois collèges composant les URPS de médecins libéraux.

Le SML est présidé depuis décembre 2016 par le Dr. Philippe Vermesch.

En savoir plus : www.lesml.org

Retrouvez le SML sur Twitter @LE_SML


Page Suivante ›