Les Newsletters du SML

Jeudi 20 janvier, le Président de la République a réuni un conseil de défense sanitaire en préambule au Conseil des ministres. Le Premier ministre, qui tenait une conférence de presse jeudi soir, a annoncé une évolution favorable avec un reflux du nombre de patients hospitalisés. En dépit du nombre très élevé du nombre de cas détecté, (425 000 en milieu de semaine), une décrue du volume de contaminations est également observée dans plusieurs régions.

Près de quatre ans et demi après l’attribution de l’exclusivité de la réalisation de certains actes par les Infirmiers de bloc opératoire (IBODE), qui posait de graves problèmes dans l’organisation des blocs opératoires, le SML a obtenu l’annulation en Conseil d’État pour « excès de pouvoir » des textes. Le SML avait saisi le Conseil d’État conjointement avec d’autres.

Le conseil d’administration du SML a décidé de signer l’avenant n°2 à l’accord cadre interprofessionnel en faveur du développement de l’exercice coordonné et au déploiement des CPTS. Le syndicat veut apporter son soutien à une coordination des soins plurielle. Le projet d’équipe de soins coordonnée autour du patient (ESCAP) conçu par le SML et porté en interprofessionnel par l’UNPS devra trouver toute sa place dans cette dynamique indispensable à une prise en charge efficiente des patients à domicile.

Auditionné par la commission des Affaires sociales du Sénat, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, estime qu’il faut « s’habituer à l’arrivée de variants successifs » du coronavirus responsable du Covid 19. Aussi n’exclut-il pas la possibilité d’avoir « besoin à un moment donné d’une 4ème dose » de vaccin.

Dans une lettre adressée au ministre de la Santé, la Fédération hospitalière de France (FHF) s’émeut « des écarts de rémunérations à travail égal » entre les médecins exerçant dans le secteur privé et ceux exerçant dans le secteur public, « au détriment d’un hôpital public fortement fragilisé », soutient-elle. Elle souligne que, malgré les revalorisations majeures du Ségur de la Santé, l’hôpital connaît des « tensions sociales fortes » dont l’aggravation s’expliquerait, selon elle, « par une situation d’iniquité forte vis-à-vis des acteurs privés, qui ont eux aussi bénéficié de revalorisations majeures… ».

Dans une interview donnée à la Voix du Nord, le président de la République reconnaît que le problème de la désertification médicale est « un sujet national ». Mais c’est pour ajouter tout aussitôt que « la contrainte, ça ne marche pas ». Emmanuel Macron penche plutôt pour des conventionnements « plus incitatifs » ; il n’écarte pas non plus « une forme de salariat avec des contreparties ». Les propositions plus coercitives, les dernières émanant des sénateurs, ne sont pour l’instant pas envisagées. C’est une position raisonnable, mais il faut se méfier du « pour l’instant » qui n’engage pas l’avenir.

Le premier consiste à apporter quelques « correctifs » au système existant, comme la possibilité de réduire la diversité des taux de remboursement ou la forfaitisation de la participation financière des assurés à la prise en charge hospitalière.

Un syndicat pour défendre votre LIBERTÉ D'EXERCICE & votre INDÉPENDANCE PROFESSIONNELLE

Alors que le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2022 arrive en première lecture au Sénat la semaine prochaine, les syndicats de médecins libéraux (SML, MG France, Avenir spé-Le Bloc, FMF, UFML-S et CSMF) et le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) alertent la commission des Affaires sociales. Ce texte comporte la mise en place de délégations de compétences vers les orthoptistes et les Infirmiers en pratique avancée (IPA) et l’accès direct aux kinés et aux orthophonistes dans certains cas.

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2022 a été adopté, mardi 26 octobre, en première lecture à l’Assemblée nationale. Il a été voté à une large majorité : 344 voix contre 202 et 7 absentions. Largement amendé par les députés et le Gouvernement pendant l’examen, le PLFSS 2022, qui contenait initialement 62 articles, en contient désormais 117. Ce PLFSS est à nouveau marqué par des dépenses exceptionnelles liées au contexte sanitaire.

Retourner en haut