Grand-Est

ÉLECTIONS URPS 2021

VOTEZ

POUR LE SEUL SYNDICAT QUI SE DÉMARQUE PAR

SES CONVICTIONS 100% LIBÉRALES

Vos représentants locaux

Pour nous contacter : margaux@sml-grandest.org

 

 

Dr Jean-Marc WINGER

Président du SML 52

jean-marc.winger@orange.fr

Dr Marie-Catherine ISOARDI

Présidente du SML 54

mc.isoardi@orange.fr

Dr Guilaine KIEFFER DESGRIPPES

Déléguée régionale & Présidente du SML 67

kiefferdesgrippes@orange.fr

Dr Marie-Catherine ISOARDI

Dr Thierry RESSEL

Président du SML 68

th.ressel.sml68@gmail.com

Dr Vincent MILION

Président du SML 88

vincentmilion@orange.fr


16 Mar 2021 : Colère noire
Ils nous les feront toutes ! C’est à se demander si ceux qui gouvernent le pays ne seraient pas en train de participer aux Olympiades des ratés de la gestion de pandémie ! La décision de suspendre l’utilisation du vaccin AstraZeneca lundi, en plein milieu d’après-midi, alors que les salles d’attente des médecins étaient pleines de patients attendant de se faire vacciner, est tout simplement insupportable. La veille encore, le Premier ministre expliquait que le rapport bénéfice-risque, avec quelque 300 décès de patients par jour, était largement en faveur du vaccin. Lundi, ce sont nos patients qui, à l’aide des alertes reçues sur leur smartphone, nous ont informés. Et il a fallu attendre la soirée pour qu’arrivent les instructions officielles. Le « DGS-Urgent » est arrivé après 21h ! En pleine pénurie de vaccin, des milliers de doses ont été jetées. Peut-être pour rien. Nous ne savons pas quel sera le sort du vaccin AstraZeneca et quoi dire à nos patients qui ont reçu leur première injection de ce vaccin. Mais nous sommes sûrs d’une chose au moins, c’est que la vaccination – qui était notre seule arme pour faire reculer ce maudit virus –, va avoir beaucoup de difficultés à suivre les objectifs assignés par le Gouvernement, et qu’il nous sera très difficile de convaincre nos patients à se faire de nouveau vacciner avec le vaccin AstraZeneca. Franchement, les soignants que nous sommes sont très en colère. Colère face au mépris du président de la République à notre égard avec une décision annoncée au débotté. Colère face au mépris qui est affiché à l’égard de nos patients les plus fragiles, pour lesquels le temps est compté.

  

Retourner en haut