Edito du Président du SML

Le Président de la République en personne a décidé de libérer l’utilisation des doses de vaccin anti-covid non utilisées, afin que ceux qui le souhaitent et n’entrent pas dans les critères, puissent en bénéficier, sans qu’on suspecte les vaccinateurs de « favoritisme ».

Le ministère de la Santé prépare une réforme des MSP. Celle-ci prévoit l’arrivée de nouveaux acteurs médico-sociaux qui pourraient être salariés à travers la SISA, de même que tous les professionnels de santé impliqués dans la MSP.

À un an des élections présidentielles, et après des élections professionnelles qui ont consacré la balkanisation syndicale, les conditions sont réunies pour créer une situation explosive.

Notre pays a dépassé cette semaine le cap des 100 000 morts liés au Covid-19.

Au terme d’une campagne électorale hors norme, je tiens à remercier toutes celles et ceux qui ont pris la peine de voter et de témoigner leur confiance au SML.

En application du Ségur de la santé, le ministre de la Santé a annoncé cette semaine une hausse « inégalée » des tarifs des établissements de santé publics et privés pour 2021, pour un montant de 8 milliards d’euros. Si nous pouvons nous féliciter que l’hospitalisation privée ne soit pas oubliée, en revanche nous ne voyons toujours rien venir pour la médecine de ville.

Depuis un an déjà, le pays vit au rythme de la crise de la Covid-19. L’année qui vient de s’écouler a été marquée par le courage et l’engagement des soignants. Ce qui a aussi marqué les esprits, ce sont les pénuries et les bévues en cascade d’un gouvernement qui s’est empêtré dans sa bureaucratie.

Le Gouvernement s’évertue à opposer les professionnels de santé les uns aux autres pour créer une diversion et masquer aux yeux du grand public que les doses de vaccin n’arrivent qu’au compte-gouttes.

Les médecins libéraux n’en peuvent plus d’être la variable d’ajustement perpétuel d’un système de santé dysfonctionnel.

La rémunération globale forfaitaire des soins à l’épisode de soins entre plusieurs professionnels a été inventée dans les pays du Nord de l’Europe et « importée » chez nous par les technos du ministère, le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie et un syndicat, la CSMF avec son avatar séparatiste. En mars 2018, le Quotidien du médecin, commentant la réélection de l’ex-chef de file des ex-spécialistes confédérés expliquait que « contrairement à nombre de leaders syndicaux, le Dr Gasser mise sur la rémunération à l'épisode de soins pour laquelle il se dit "disponible pour engager la négociation" ».

Retourner en haut