Les articles du SML

Paymed, conçue par et pour les professionnels de santé libéraux, permet de vous faire gagner du temps au quotidien et de sécuriser vos honoraires.

Le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur les missions des sages-femmes, leur statut à l’hôpital et leur formation a été rendu public.

Jeudi, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé jeudi un plan en faveur des plus de trois millions de travailleurs indépendants. Ce plan, qui concerne aussi les médecins libéraux, va notamment permettre de protéger leur patrimoine personnel et faciliter l'accès à la formation professionnelle.

Le SML se félicite de la mesure retenue par le chef de l’État à l’issue du « Beauvau de la sécurité », à savoir la possibilité de déposer plainte en ligne.

Un arrêté publié au JO revalorise pour la première fois depuis 2012 le montant des indemnités forfaitaires d’astreinte versées aux médecins libéraux dans le cadre de la permanence des soins en établissement de santé (PDSES).

Le SML avait refusé de porter sa signature au bas de l’avenant no 9 à la convention médicale, non seulement parce que celui-ci ne répondait pas aux attentes de l’ensemble de la profession et qu’il comportait un investissement insuffisant, mais aussi parce que cet avenant crée des discriminations.

Alors que 92 % des médecins ont un schéma vaccinal complet et que 5 000 médecins ne sont toujours pas vaccinés, le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) a fait savoir qu’il entendait s’investir dans le dispositif de contrôle de la vaccination.

Une instruction publiée au Bulletin officiel de la santé précise les conditions de l’extension de l’obligation vaccinale à tous les étudiants en santé. Ces derniers ont jusqu’au 15 octobre pour rentrer dans un schéma vaccinal complet.

Le vaccin Pfizer devrait être disponible en ville dès le 1er octobre. En principe, tous les professionnels de ville pouvaient passer commande dès le 20 septembre auprès des officines.

L’obligation vaccinale pour les soignants est effective depuis le 15 septembre. Les procédures de contrôle sont détaillées dans un projet d’instruction qui, déjà, en inquiète certains. Il est demandé aux établissements de santé et médico-sociaux de procéder, « via les médecins agréés », à « des contrôles renforcés sur les agents qui se verraient indûment prescrire des arrêts maladie ».

Retourner en haut