Les articles du SML

Lors de son allocution télévisée du lundi 12 juillet, le président de la République a annoncé une série de mesures pour contrer une « reprise forte » de l’épidémie avec la propagation du variant Delta.

Pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, des cliniques, des maisons de retraite, des établissements pour les personnes en situation de handicap, pour tous les professionnels ou bénévoles qui travaillent au contact des personnes âgées ou fragiles, y compris à domicile, la vaccination sera rendue obligatoire sans attente.

« En fonction de l’évolution de la situation, nous devrons sans doute nous poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français », a prévenu Emmanuel Macron, rappelant que 9 millions de doses étaient disponibles.

Pour faire face à une baisse de leur taux d’anticorps, les personnes vaccinées au début de l’année, en janvier et février, bénéficieront d’une nouvelle injection. Emmanuel Macron annonce la mise en place d’une campagne de rappel dès la rentrée.

Après une période de baisse constante des cas sur trois mois, la situation sanitaire se dégrade en France à cause de la progression du variant Delta du Sars-CoV-2.

La Haute autorité de santé (HAS) a formulé plusieurs recommandations pour faire face à la 4e vague de Covid-19 qui menace la France avec la progression du variant Delta.

Dans un avis publié le 9 juillet, le Conseil scientifique préconise une troisième injection de rappel contre la Covid-19 « dès maintenant », chez les personnes âgées de plus de 80 ans, et ce pour limiter l’impact d’une quatrième vague provoquée par le variant Delta.

Alors que l’avenant no 9 de la convention médicale est actuellement en négociation à la Caisse nationale d’Assurance maladie (Cnam), le SML rappelle que des mesures urgentes doivent être prises pour la médecine de ville.

En 2021, la démographie est restée stable, selon les données de l’institut statistique du ministère de la Santé (Drees).

À la demande du ministère de la Santé, la Haute autorité de santé (HAS) a publié ses réponses rapides relatives au syndrome inflammatoire multi-systémique (Pims) chez l’enfant, à la suite d’une infection au Sars-Cov-2 (520 cas recensés en France).

Retourner en haut